Commentaires récents

    Archives mensuelles : février 2018

    Les facteurs qui influencent le climat – partie 28

    Le schéma de Petersen

    Continuer la lecture

    Super Lune bleue de sang

    Une super lune est une pleine lune qui coïncide avec une distance minimale du satellite à la Terre. Etant au périgée, elle est au plus près de la Terre et a donc le diamètre apparent maximum.
    La figure 1 permet de comparer le diamètre apparent de la lune entre le périgée et l’apogée. Ce phénomène se produit régulièrement (voir figure 2).

    lune-apogee-perigee_315.jpg

     

    Figure 1 : La super lune du 19 mars 2011 (à droite), comparée à une lune plus moyenne du 20 décembre 2010 (à gauche), vue de la Terre.

     

    Moon_distance_with_full_&_new.png

    Figure 2: Les Super lunes sont les points marqués le plus près du bas du graphique.

     

    Une année civile comporte habituellement 12 pleines lunes, parfois 13. Cette treizième pleine lune “supplémentaire” est appelée “lune bleue” ; abusivement, on appelle “lune bleue” la seconde pleine lune d’un même mois (par exemple, celle du 31 janvier 2018 qui a suivi celle du 2 janvier). L’adjectif « bleu » ne signifie pas pour autant que la lune prenne une teinte particulière lors du phénomène. Cette appellation vient de l’expression anglaise de « blue moon » mais on ne connait pas l’origine de cette expression.

    Cette année est en plus particulière, car la super lune bleue se trouve à l’intersection du plan de l’orbite lunaire avec le plan de l’orbite de la Terre autour du Soleil. C’est la condition nécessaire pour que la Lune passe dans l’ombre de la Terre. Cette année on a eu une éclipse de Lune visible en Amérique du Nord. Lors de la totalité, la lune est encore éclairée par les rayons du Soleil réfractés par l’atmosphère de la Terre. Lors du passage des rayons du Soleil dans l’atmosphère, ils subissent une diffusion dite de Rayleigh. Cette diffusion concerne principalement les courtes longueurs d’onde. C’est donc principalement le violet, bleu et l’indigo qui sont diffusés. Il reste en majorité le vert, le jaune et le rouge qui donnent par le mélange une teinte orangée – rouge à la lune, ce qui lui vaut une qualification de couleur sang.

    Nous avons donc une coïncidence de 3 phénomènes relativement fréquents mais qui rend la pleine lune de ce 31 janvier très particulière. D’où ce nom un peu particulier qui mélange lune bleue et couleur sang.